Le Conseil communal de Lausanne a accepté mardi soir une nouvelle recapitalisation de la caisse de pension de la ville (CPCL) à hauteur de 182,5 millions de francs. La mouture présentée par la Municipalité (exécutif) a passé la rampe par 56 oui, trois non et 20 abstentions.

Malgré le plan d’assainissement voté en 2009, la caisse ne suffit pas à couvrir les retraites de ses pensionnés: il manque environ 35 millions de francs par an, selon l’UDC Claude-Alain Voiblet. Avec l’acceptation du préavis, le contribuable lausannois aura craché 724 millions en quatre ans.

"Le taux de couverture de la caisse atteint 55,2%, alors que l’on nous avait promis 60% fin 2010", a constaté l’élu. A des fins de rattrapage, il a déposé un amendement demandant que les cotisations d’assainissement (2% à la charge des employeurs et 1,5% des employés) soient prolongées de cinq ans, jusqu’en 2017. Qualifiée de "délirante" par le syndic Daniel Brélaz, cette proposition a été balayée au vote.

Egalement souhaité par l’UDC, le relèvement de l’âge de la retraite anticipée de trois ans n’a pas non plus passé la rampe. Pour sa part, la Gauche a tenté d’améliorer les conditions des retraités ou d’adapter les rentes au renchérissement, sans davantage de succès.

  La Côte

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterEmail to someone