GenfLa caisse publique genevoise est la plus faiblement capitalisée du pays et doit être renflouée à hauteur de plusieurs milliards pour atteindre les exigences fédérales. Mais les mesures structurelles censées accompagner cet apport financier divisent la gauche et le Conseil d’Etat. Les deux camps soumettent donc leur solution au vote des Genevois.

D’un côté le gouvernement, soutenu par la droite, propose une recapitalisation à hauteur de 4,6 milliards de francs à charge de l’Etat, accompagnée de mesures comme le passage de la primauté des prestations à la primauté des cotisations pour les fonctionnaires.

Le montant est “énorme”, souligne la conseillère d’Etat Nathalie Fontanet qui estime cependant que le projet est équilibré. “Je ne pense pas qu’on peut traiter ce sujet par-dessus la jambe”, relève-t-elle dans La Matinale. “C’est pour ça que c’est important d’avoir un projet de loi qui prévoit un équilibre des efforts entre les assurés et les contribuables, qui finalement vont financer cette recapitalisation.”

Dans l’autre camp, la gauche a une vision différente. Elle propose de recapitaliser par le biais de terrains constructibles que le canton donnerait à la caisse de pension. Et surtout, elle ne veut pas faire baisser les conditions de retraite des employés de l’Etat.

  RTS Info