image Nicolas Hayek: Je ne discuterai pas avec Marcel Ospel. Cela ne servirait à rien. Il m’a téléphoné quand UBS a voulu augmenter son capital. Nous avions donné l’ordre à notre caisse de pension de voter contre à l’assemblée générale. Et Ospel, qui me considérait comme un ami, car nous avons souvent travaillé avec eux comme banque, n’a pas fait la différence entre l’amitié et l’intérêt général. Il m’a téléphoné pour me dissuader de le faire. Je lui ai répondu: «Vous faites des coups absolument incroyables, vous faites du mal à toute la société, vous détruisez des milliards et en plus de cela vous faites une augmentation de capital qui exclut des gens qui pendant plus de vingt ans étaient vos actionnaires. Et vous vous attendez à ce que je vous dise que vous pouvez faire ce que bon vous semble? Non, je ne vous suivrai pas là-dessus.» Mais si je le vois à nouveau, je lui parlerai de musique, de théâtre. Mais plus de la banque. (Bilan, 24 septembre 08)

Worldtempus

Share on FacebookShare on LinkedInTweet about this on TwitterEmail to someone